Bologne : Histoire de la coquetterie masculine

Verlag:
ISBN: 9782262030889
Erschienen: 
28/04/2011
Seiten: 
452
Gewicht: 580 g
Abmessungen: 24 cm × 15 cm × 3 cm
Preis:
24,50€
Titel ist vergriffen

La coquetterie est traditionnellement considérée comme l'apanage des femmes. Il n'en a pas toujours été ainsi dans le passé, et aujourd'hui la coquetterie redevient aussi affaire d'hommes. Voici comment et pourquoi, dans l'histoire, les hommes ont le plus souvent soigné leur apparence.
« Coquetterie : Se dit le plus souvent des femmes », précisent les dictionnaires. Etonnant paradoxe, puisque la coquetterie renvoie étymologiquement au cri du coq, mâle par excellence, aux couleurs chatoyantes. Le mot apparaît au XVe siècle, mais la pratique est bien plus ancienne.
L'auteur la définit comme la recherche de singularité par l'artifice dans l'apparence. Et dans ce domaine, les hommes n'ont pas été en reste : mignons, marjolets, muguets, dandys, zazous, punks n'ont souvent au cours des siècles rien eu à envier aux femmes en fait d'accoutrements, coiffures, parfums, fards et bijoux, mais au risque de paraître efféminés .Car la coquetterie est aussi, socialement, un agent de différenciation des sexes et, individuellement, une attitude face à la vie et à soi-même. C'est ce que démontre magistralement Jean Claude Bologne en révélant, à travers l'histoire, les deux faces de la coquetterie masculine, fascinante d'un côté, répulsive de l'autre.

Philologue formé à l'université de Liège, historien et romancier très en vue, Jean Claude Bologne a publié depuis 1986 une trentaine d'ouvrages relatifs à l'histoire des moeurs, parmi lesquels : Histoire de la pudeur ; Histoire du célibat et des célibataires ; Histoire de la conquête amoureuse ; Pudeurs féminines. Il est président de la Société des gens de lettres.