Cousseau : Alba Blabla et moi

Verlag:
ISBN: 9782812601996
Kurzbeschreibung: 
Wenn man unsicher ist, was man sagen soll und ohnehin zum Stottern neigt, kann man doch eigentlich auf seinen Mund verzichten, glaubt der Ich-Erzähler dieses zurückhaltend illustrierten Buches. Doch glücklicherweise gibt es die geschwätzige Nachbarin Blabla, der man gern Einiges mitteilen würde... Also gilt es, ihr einen passenden Brief zu schreiben...
Erschienen: 
01.10.2011
Seiten: 
34
Gewicht: 528 g
Abmessungen: 32.6 cm × 23.5 cm × 1 cm
Preis:
16,30€
Wenn man unsicher ist, was man sagen soll und ohnehin zum Stottern neigt, kann man doch eigentlich auf seinen Mund verzichten, glaubt der Ich-Erzähler dieses zurückhaltend illustrierten Buches. Doch glücklicherweise gibt es die geschwätzige Nachbarin Blabla, der man gern Einiges mitteilen würde... Also gilt es, ihr einen passenden Brief zu schreiben...

Ne pas avoir de bouche, ça simplife les choses quand on n’est pas sûr de soi et qu’on a tendance à bégayer... On trouve d’autres moyens pour se faire comprendre. On soulève son chapeau pour dire bonjour, on hoche la tête pour dire oui. Ça évite de se sentir ridicule devant Alba, la belle voisine. Alba, elle, est très bavarde. Elle a toujours plein d’idées en tête, plein de mots en bouche. Alors le silence, ça lui fait peur. Finalement, notre narrateur se dit que ce serait bien que sa bouche revienne et il lui écrit une longue lettre. Il attend et il espère qu’elle va revenir car il voudrait bien téléphoner à Alba, lui répondre, lui sourire, et manger avec elle de belles tartes aux myrtilles...« Un jour, ma bouche en a marre d’être ma bouche (...) et elle disparaît sans rien dire. » Mais comment faire pour parler, siffer, manger des myrtilles et partager avec Alba bien plus que des mots .

Un très beau texte d’Alex Cousseau sur le bégaiement et sur la diffculté d’exprimer ses sentiments, mis en image par les superbes illustrations travaillées et symboliques d’Anne-Lise Boutin.