Apollinaire : Alcools BAC 2020

Verlag:
Sammlung/Reihe:
ISBN: 9782072858864
Erschienen: 
20.06.2019
Seiten: 
176
Gewicht: 200 g
Abmessungen: 17.7 cm × 12.6 cm × 1.1 cm
Preis:
3,00€

parcours - Modernité poétique ? - 1662
dossier par Sophie-Aude Picon
BAC 2020

Les mots-clefs du parcours

L'ivresse poétique
Alcools plutôt qu'Eau-de-vie, ce titre au pluriel programmatique propose une exploration sensorielle du monde. Le poète est alors dans un état d'ébriété métaphorique et euphorique qui traduit la soif d'embrasser le monde dans son ensemble. C'est le versant dionysiaque de la poésie d'Apollinaire qui accumule les éléments du réel dans une exaltation vitale des pouvoirs du poète.

La mélancolie féconde
« Je suis soumis au Chef du Signe de l'Automne. » L'automne est la saison mentale du poète, ses thèmes en sont les amours malheureuses ou maudites, comme dans « La Chanson du Mal-Aimé ». Apollinaire est hanté par le passé, par les formes poétiques d'antan (sonnet, quintil, chanson...) qu'il utilise, fait varier, transforme pour en faire une matière nouvelle et affirmer la toute-puissance du verbe poétique.

Lyrisme
Registre littéraire, le lyrisme est l'expression du moi du poète. Le mot vient de la lyre, instrument sur lequel Orphée s'accompagnait pour chanter son amour pour Eurydice. Les thèmes lyriques sont les amours malheureuses, la mort, la nature. Un des axes de lecture d'Alcools est celui d'une expérience amoureuse diffusée dans les poèmes dont la chronologie a été rompue. Le lyrisme recourt à des procédés : emploi du « je », répétition, exclamation. Dans la poésie d'Apollinaire, le sujet lyrique est en crise, il a perdu son unité, ce qui se repère dans les ruptures de ton, les polyphonies, les juxtapositions d'images qui rendent compte d'un être multiple et divers. Par ce questionnement intime, l'expression de la subjectivité devient expérience universelle.

Écriture poétique
La poésie est un genre littéraire qui a une histoire propre, des marqueurs formels (le vers, la strophe, la rime). XXe siècle, elle s'éloigne des formes fixes (sonnet, ballade, ode, chanson, rondeau...) et s'enrichit de l'intrusion de la prose, des formes libres et du vers non mesuré. Apollinaire joue avec son héritage poétique et prend plaisir à explorer les limites formelles de son écriture. Le caractère poétique d'un texte ne relève pas seulement de sa forme, il est avant tout un rapport à la langue et un rapport au monde.

« À la fin tu es las de ce monde ancien », c'est sur ce vers d'une beauté mélancolique que s'ouvre Alcools. Nous sommes en 1913, la modernité sous toutes ses formes - artistiques et techniques - est pleine de promesses. La Première Guerre mondiale va donner un autre tour à cet élan nouveau. Apollinaire ira au front, sera blessé puis trépané avant d'être emporté par la grippe espagnole. Mais le recueil qu'il nous lègue nous enivre encore, comme une eau-de-vie...