Shakespeare : Oeuvres complètes VIII : Sonnets et autres poèmes

Autor(en):
Verlag:
Sammlung/Reihe: N° 51
ISBN: 9782072830174
N°: 
51
Kurzbeschreibung: 
Zweisprachige Ausgabe in neuer Übersetzung, enthält: contient: Vénus et Adonis - Le Viol de Lucrèce - Le Pèlerin passionné - Phénix et Colombe - Les Sonnets de Shakespeare suivis de La Complainte d’une amoureuse - Les traductions françaises des Sonnets.
Erschienen: 
11.03.2021
Seiten: 
1120
Gewicht: 446 g
Abmessungen: 18 cm × 11.5 cm × 3 cm
Preis:
59,00€
im Auslieferungslager verfügbar, in wenigen Tagen lieferbar
Zweisprachige Ausgabe in neuer Übersetzung, enthält: contient: Vénus et Adonis - Le Viol de Lucrèce - Le Pèlerin passionné - Phénix et Colombe - Les Sonnets de Shakespeare suivis de La Complainte d’une amoureuse - Les traductions françaises des Sonnets.

Trad. de l'anglais par Jean-Michel Déprats. Édition publiée sous la direction de Jean-Michel Déprats et Gisèle Venet
Édition bilingue. Traductions nouvelles

contient: Vénus et Adonis - Le Viol de Lucrèce - Le Pèlerin passionné - Phénix et Colombe - Les Sonnets de Shakespeare suivis de La Complainte d’une amoureuse - Les traductions françaises des Sonnets.

Ce volume réunit l’ensemble de l’œuvre lyrique de Shakespeare et met un point final à l’édition des Œuvres complètes de Shakespeare dans la Pléiade.
Vénus et Adonis (1593) et Le Viol de Lucrèce (1594) ont connu en leur temps un vif succès, notamment de scandale : si l’on ne voit parfois dans ces petites épopées mythologiques et érotiques que des exercices d’imitation sur des sujets tirés d’Ovide, leur charge subversive, bien réelle, n’échappa pas aux lecteurs contemporains. Les Sonnets (1609), au contraire, sont passés presque inaperçus lors de leur publication. Ils sont pourtant devenus l’un des fleurons de l’œuvre de Shakespeare. Loin de n’être qu’un miroir où se lirait la vie bisexuelle de William S. à travers le triangle amoureux que le poète y dessine avec le « beau garçon » et la « noire maîtresse » auxquels il s’adresse, le recueil, ici retraduit par Jean-Michel Déprats, possède une force qui excède largement la question sexuelle. Figures de styles et effets sonores contribuent à d’infinis croisements entre les mots et la pensée (et la pensée dans les mots). Il n’y a pas d’interdits de langage pour Shakespeare : son invention est aimantée par une subversion, morale et esthétique, de tous les instants.
En France, les sonnets ne sont traduits qu’à partir de 1821, et ce n’est qu’en 1857 que François-Victor Hugo en donne une traduction intégrale. Traductions et réécritures se multiplient ensuite. L’anthologie qui clôt le volume donne à saisir les métamorphoses auxquelles s’est prêté, et continue de se prêter, ce monument de la poésie universelle.